Nicolas MARQUIS: Attacher et détacher les patients souffrant de troubles psychotiques à l’institution psychiatrique : les incertitudes d’un soin qui vise à rendre « autonome »

Séminaire ANR HAPARÊTRE, de 10h à 12h30 le mercredi 22 juin 2016 à LYON, Institut des Sciences Humaines, 14 avenue Berthelot, Salle André Frossart

Résumé

Cette communication présentera les résultats préliminaires d’une recherche en cours, réalisée dans deux institutions psychiatriques (Belgique et France) accueillant principalement des personnes souffrant de schizophrénie, dont la plupart ont déjà une longue carrière psychiatrique. Ces deux institutions ont en commun d’offrir un soin de courte durée (de 6 à 24 mois). Dans les deux cas, le but est d’offrir une alternative à un séjour à l’hôpital en proposant aux patients soit le modèle de l’hôtel (France), soit celui de la maison (Belgique). Il s’agit d’abord, dans les deux cas, d’affilier, ou d' »attacher » le patient à son nouveau lieu de résidence et au projet de celui-ci. Cependant, dès l’entrée des patients, la question de leur sortie à venir se pose – et, partant, la question de savoir comment les en « détacher », ce qui revient à développer chez le patient une « insatisfaction » par rapport à la situation actuelle.

Le jeu de langage de l’autonomie ainsi que celui du projet sont extrêmement présents dans les deux institutions, utilisés tant par les équipes que par les patients eux-mêmes. L’autonomie, comme catégorie indigène autant thérapeutique qu’éthique, revient comme critère pour évaluer le bon soin, l’amélioration de l’état du patient, etc.  – et plus largement pour justifier ou critiquer de multiples aspects de la vie quotidienne de ces institutions. L’étude de leurs usages révèle des tensions à plusieurs niveaux qu’il s’agira de démêler. En particulier, si les deux institutions cherchent à travailler l’autonomie à travers le soutien aux compétences pratiques (les « savoir-faire »), une question très délicate qui se pose à l’équipe est celle de susciter l’envie (ou le désir) chez certains patients, de participer à la construction de leur propre autonomie, dans des termes qui paraissent suffisamment rassurants pour les soignants, pour lesquels la crainte de la rechute et du retour dans des formes massives d’hétéronomie est très prégnante. En filigrane, le quotidien de ces deux institutions se révèle être le lieu et le temps d’une négociation entre différents acteurs, qui porte sur l’idée de ce qu’est une vie qui vaut la peine d’être vécue.

Textes d’accompagnement

MARQUIS Nicolas, « Lorsque la situation est grave : le jeu comme analyseur de l’expérience de lecture d’ouvrages de self-help », in Laurent Mermet, Nathalie Zaccaï-Reyners (dir.), Au prisme du jeu. Concepts, pratiques, perspectives, Paris, Éditions Hermann, coll. « Société », 2015.
MARQUIS, Nicolas. “What Can I Do to Get Out of It?”: How Self-Help Readers Make Use of the Language Game of Resilience. M/C Journal, [S.l.], v. 16, n. 5, aug. 2013. ISSN 14412616.
MARQUIS Nicolas, « Texte d’accompagnement Séminaire HAPARÊTRE – données de terrain ».

Public visé: Etudiants et chercheurs en anthropologie, architecture, géographie, philosophie, sociologie, urbanisme ; artistes ; professionnels en ces domaines et plus largement toutes personnes intéressées.
Modalités d’inscription: Séminaire public sous réserve d’inscription (places limitées) + prévoir une carte d’identité (Plan Vigipirate)
Contact: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *