Carole GAYET-VIAUD: Civilité et démocratie: le passant reconsidéré

Séminaire ANR HAPARÊTRE, de 10h à 12h30 le jeudi 17 mars 2016 à LYON, Institut des Sciences Humaines, 14 avenue Berthelot, Salle André Frossart

Textes d’accompagnement

Gayet-Viaud Carole (avec Mathieu Berger), 2011, « Du politique comme chose au politique comme activité: enquêter sur le devenir politique de l’expérience ordinaire », Du civil au politique. Ethnographie du vivre-ensemble, Peter Lang.
2011, « La moindre des choses. La civilité urbaine et ses péripéties », Du civil au politique. Ethnographie du vivre-ensemble, Peter Lang.
2015, (avec Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Frédérique Chave et Erwan Le Méner), « Publicité, sollicitation, intervention: pistes pour une étude pragmatiste de la citoyenneté », SociologieS.

 

Argumentaire

Ce séminaire pluridisciplinaire de sciences humaines et sociales entend travailler à explorer les liens entre habiter et participer, à partir de terrains d’enquêtes contrastés et en faisant l’hypothèse que ce n’est pas un habiter a priori – entendu comme un état de fait – qui devrait fonder la sollicitation à participer ; pas plus qu’à l’inverse, ce n’est un principe externe de « bonne pratique » de gouvernance qui requiert une participation des habitants. En somme, il s’agit de mettre à l’épreuve l’hypothèse qu’habiter et participer émergent conjointement et contribuent ainsi à doter les agents qui y prennent part d’une consistance spéciale. Cette dernière pourrait correspondre à un habiter vis-à-vis duquel on se sent responsable du fait d’avoir pris part aux conditions et au processus de sa formation ; voire, à un habiter dont on est ontologiquement partie prenante au sens où il constitue lui-même la condition et le cadre pour un certain mode d’existence.

Nous faisons ainsi le pari qu’habiter et participer n’ont pas à être postulés, tels des prérequis, comme c’est souvent le cas dans la participation institutionnelle à partir de l’injonction circulaire : « il faut faire participer les habitants parce qu’ils sont (déjà) habitants ». Nous formulons au contraire l’hypothèse générale qu’habiter et participer émergent conjointement et se consolident mutuellement dans le temps même de l’exploration, menée par les agents, de ce que c’est ou de ce que cela pourrait être que d’habiter ici, selon les modalités des agencements tout à la fois matériels et relationnels qu’ils mettent en place.

Pour cela, le séminaire sera particulièrement centré sur les démarches ethnographiques fortes, non au sens d’une réduction disciplinaire, mais à celui plus ambitieux d’une forme de politique de l’enquête : à savoir une observation au plus près des pratiques ou une attention resserrée aux phénomènes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *