Judith LE MAIRE: Lieux, biens, liens communs. Triade et figures de la grammaire participative en architecture et urbanisme

Séminaire ANR HAPARÊTRE, 2 juillet 2015, Lyon

S’appuyant sur la figure inaugurale de Patrick Geddes (1854-1932), la communication décline la « grammaire » de la participation en architecture et urbanisme. A partir d’une réflexion sur ses outils, ses acteurs et ses formes, se dégagent alors des figures d’architectes et urbanistes « participationnistes ». Cette « grammaire» jette un regard nouveau sur l’engouement participatif d’aujourd’hui et tente de préciser le flou qui entoure le terme « participation ». Le point de vue des architectes et des urbanistes enrichit la question du rôle social et politique ainsi que le débat sur l’esthétique architecturale.

La triade lieux, biens, liens communs, se fonde sur celle proposée par le biologiste écossais Geddes – Place Work Folk – dans ses machines à penser. Il est l’initiateur de la participation dans l’urbanisme et l’architecture. L’enquête de Geddes – le civic survey – fait interagir les différents savoirs et connaissances de la Thinking machine : collection de représentations, de tableaux, de photographies, de témoignages d’usage, de plans successifs des territoires… Savoir livresque et expérience du lieu sont réunis dans son enquête qui met l’accent sur l’arpentage et le savoir de l’enfant du pays. Geddes rassemble connaissances scientifiques, songes et activité créative. Il montre l’interaction du lieu sur les habitants et de ces derniers sur le lieu dans une spirale évolutive de développement urbain. L’exposé abordera également les différentes figures de l’architecte suivant plusieurs caractéristiques qui qualifient le processus participatif : le mode d’échange du savoir, le type de savoir échangé, le rapport au contexte, les médiums utilisés, les objets et les objectifs du processus.

 

Textes d’accompagnement

Le Maire Judith, Lieux, biens, liens communs. Emergence d’une grammaire participative en architecture et urbanisme, 1904-1969, Editions de l’Université de Bruxelles, 2014

« Arpenter, guider, jalonner. La marche, outil des processus participatifs en architecture et urbanisme du XXe siècle », Clara architecture recherche, février 2013, N°1, pp. 135-150

 

Séance suivante

  • jeudi 24 septembre 2015 GRENOBLE, avec Jean-Louis GENARD (sociologue, Faculté d’architecture La Cambre-Horta, Université Libre de Bruxelles, GRAP)

 

Public visé Etudiants et chercheurs en anthropologie, architecture, géographie, philosophie, sociologie, urbanisme ; artistes ; professionnels en ces domaines et plus largement toutes personnes intéressées.

Modalités d’inscription Séminaire public sous réserve d’inscription (places limitées) + prévoir une carte d’identité (Plan Vigipirate)

Contact anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr

 

Argumentaire

Ce séminaire pluridisciplinaire de sciences humaines et sociales entend travailler à explorer les liens entre habiter et participer, à partir de terrains d’enquêtes contrastés et en faisant l’hypothèse que ce n’est pas un habiter a priori – entendu comme un état de fait – qui devrait fonder la sollicitation à participer ; pas plus qu’à l’inverse, ce n’est un principe externe de « bonne pratique » de gouvernance qui requiert une participation des habitants. En somme, il s’agit de mettre à l’épreuve l’hypothèse qu’habiter et participer émergent conjointement et contribuent ainsi à doter les agents qui y prennent part d’une consistance spéciale. Cette dernière pourrait correspondre à un habiter vis-à-vis duquel on se sent responsable du fait d’avoir pris part aux conditions et au processus de sa formation ; voire, à un habiter dont on est ontologiquement partie prenante au sens où il constitue lui-même la condition et le cadre pour un certain mode d’existence.

Nous faisons ainsi le pari qu’habiter et participer n’ont pas à être postulés, tels des prérequis, comme c’est souvent le cas dans la participation institutionnelle à partir de l’injonction circulaire : « il faut faire participer les habitants parce qu’ils sont (déjà) habitants ». Nous formulons au contraire l’hypothèse générale qu’habiter et participer émergent conjointement et se consolident mutuellement dans le temps même de l’exploration, menée par les agents, de ce que c’est ou de ce que cela pourrait être que d’habiter ici, selon les modalités des agencements tout à la fois matériels et relationnels qu’ils mettent en place.

Pour cela, le séminaire sera particulièrement centré sur les démarches ethnographiques fortes, non au sens d’une réduction disciplinaire, mais à celui plus ambitieux d’une forme de politique de l’enquête : à savoir une observation au plus près des pratiques ou une attention resserrée aux phénomènes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *