Gaspard LION: Le « mal-logement » au prisme des trajectoires habitantes

Séminaire ANR HAPARÊTRE, 6 mai 2015, Lyon

A partir d’une enquête ethnographique menée auprès de personnes ayant élu domicile dans des campings, cette communication entend interroger la diversité des expériences vécues au prisme des trajectoires socio-résidentielles. Dans ces lieux supposés inhabitables, situés dans la zone grise du « mal-logement » en France, je cherche à comprendre comment se constituent les expériences habitantes lorsque le camping est l’unique résidence d’un individu, d’un couple, ou d’une famille. Ces expériences sont structurées, d’une part, par les trajectoires qui cadrent usages, attentes et relations au cœur de l’acte d’habiter, et qui font du camping un espace stratifié, d’autre part, par l’état de précarité commune qui pèse sur les campings et leurs habitants. La communication, en croisant ces deux dimensions, invite finalement à reconsidérer la catégorie de « mal-logement » et son homogénéité supposée.

TEXTE D’ACCOMPAGNEMENT
Lion Gaspard, « En quête de chez-soi. Le bois de Vincennes, un espace habitable ? », Annales de géographie 3/2014 (n° 697), p. 956-981

SEANCES SUIVANTES
jeudi 4 juin 2015 GRENOBLE, avec Jérémy GRAVAYAT (réalisateur)
jeudi 2 juillet 2015 LYON, avec Judith LE MAIRE (architecte, Faculté d’architecture La Cambre-Horta, CLARA)
jeudi 24 septembre 2015 GRENOBLE, avec Jean-Louis GENARD (sociologue, Faculté d’architecture La Cambre-Horta, Université Libre de Bruxelles, GRAP)

PUBLIC VISE Etudiants et chercheurs en anthropologie, architecture, géographie, philosophie, sociologie, urbanisme ; artistes ; professionnels en ces domaines et plus largement toutes personnes intéressées.
MODALITES D’INSCRIPTION Séminaire public sous réserve d’inscription (places limitées) + prévoir une carte d’identité (Plan Vigipirate)
CONTACT anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr

ARGUMENTAIRE
Ce séminaire pluridisciplinaire de sciences humaines et sociales entend travailler à explorer les liens entre habiter et participer, à partir de terrains d’enquêtes contrastés et en faisant l’hypothèse que ce n’est pas un habiter a priori – entendu comme un état de fait – qui devrait fonder la sollicitation à participer ; pas plus qu’à l’inverse, ce n’est un principe externe de « bonne pratique » de gouvernance qui requiert une participation des habitants. En somme, il s’agit de mettre à l’épreuve l’hypothèse qu’habiter et participer émergent conjointement et contribuent ainsi à doter les agents qui y prennent part d’une consistance spéciale. Cette dernière pourrait correspondre à un habiter vis-à-vis duquel on se sent responsable du fait d’avoir pris part aux conditions et au processus de sa formation ; voire, à un habiter dont on est ontologiquement partie prenante au sens où il constitue lui-même la condition et le cadre pour un certain mode d’existence.
Nous faisons ainsi le pari qu’habiter et participer n’ont pas à être postulés, tels des prérequis, comme c’est souvent le cas dans la participation institutionnelle à partir de l’injonction circulaire : « il faut faire participer les habitants parce qu’ils sont (déjà) habitants ». Nous formulons au contraire l’hypothèse générale qu’habiter et participer émergent conjointement et se consolident mutuellement dans le temps même de l’exploration, menée par les agents, de ce que c’est ou de ce que cela pourrait être que d’habiter ici, selon les modalités des agencements tout à la fois matériels et relationnels qu’ils mettent en place.
Pour cela, le séminaire sera particulièrement centré sur les démarches ethnographiques fortes, non au sens d’une réduction disciplinaire, mais à celui plus ambitieux d’une forme de politique de l’enquête : à savoir une observation au plus près des pratiques ou une attention resserrée aux phénomènes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *