HAPARÊTRE – Présentation générale

Le projet HAPARÊTRE (Habiter, la part de l’être) fédère deux équipes de chercheurs, les uns appartenant à l’équipe CRESSON de l’UMR Ambiances Architecturales et Urbaines, les autres à celle POCO du Centre Max Weber; il est actuellement financé par l’ANR.

Ce projet entend explorer les liens entre habiter et participer, à partir de terrains d’enquêtes ethnographiques contrastés et en faisant l’hypothèse que ce n’est pas un habiter a priori – entendu comme un état de fait – qui devrait fonder la sollicitation à participer. Pas plus qu’à l’inverse, ce n’est un principe externe de « bonne pratique » de gouvernance qui requiert une participation des habitants. En somme, il s’agit de mettre à l’épreuve l’hypothèse qu’habiter et participer émergent conjointement et contribuent ainsi à doter les agents qui y prennent part d’une consistance spéciale. L’enjeu est de se donner les moyens descriptifs de qualifier cet apport : un habiter vis-à-vis duquel on se sent responsable du fait d’avoir pris part aux conditions et au processus de sa formation ; plus encore, un habiter dont on est ontologiquement partie prenante au sens où il constitue lui-même la condition et le cadre pour un certain mode d’existence.

Ainsi s’entend HAPARÊTRE : comme l’exploration ethnographique fine du couplage habiter / participer, et sa conséquence : l’adjonction d’un troisième terme, exister (être). HAPARÊTRE fait l’hypothèse de leur construction conjointe et située dans le temps des explorations menées ici ou là sur ce que c’est que d’« habiter ici » ; et qu’il est une participation immanente à l’habiter pour autant que certains habitats constituent la condition et le cadre de modes d’existence. Une première série d’enquêtes observe cette participation au plus près de l’ordinaire de l’habiter en prenant pour objet des situations où l’habiter ne va pas de soi : habiter des appartements adaptés pour infirmes moteurs cérébraux ; habiter des maisons de fin de vie. Une seconde série d’enquêtes examine des expériences plus proprement participatives : construire ensemble, habitants et architectes; tracer la mémoire d’un quartier après une grande opération de réaménagement urbain.

En déportant la problématique de la participation dans des situations d’habitat adapté, où l’accent est d’abord mis sur un projet général d’autonomie, HAPARÊTRE invite à être attentif à la charge politique de micro-agencements où s’élaborent et s’expérimentent du droit, de la responsabilité, de la solidarité. Bien plus, il amène à considérer la vulnérabilité autrement que comme un point d’appui pour un travail d’empowerment et d’autonomisation d’un sujet (politique). En retour, emprunter la problématique de l’habiter pour revisiter le champ de la participation permet de réintroduire du temps biographique et de la durée, dimensions qui sont le plus souvent absentes de scènes participatives vouées au présentisme.

De la confrontation croisée entre ces deux problématiques et ces deux séries de terrains, il est finalement attendu une contribution significative à la question politique et ontologique de la catégorie « habitants » appréhendée comme entité collective et pas seulement comme une entité nominale (qui désigne alors une collection d’habitants).

En termes méthodologiques et disciplinaires, HAPARÊTRE fait le pari d’une part d’investigations qualitatives au plus près des phénomènes, d’autre part de la nécessité de croiser terrains et disciplines, donc les méthodes d’enquête. C’est dire déjà que la dominante – et conviction – méthodologique du projet est ethnographique, sous toutes ses formes et déclinaisons disciplinaires : sociologique, architecturale, anthropologique, mais aussi géographique ou philosophique. C’est dire encore qu’une des originalités de ce projet tient à sa conviction dans le caractère heuristique du croisement des expériences de recherche, dès la phase de terrain. Les différents membres de l’équipe ne se cantonnent pas chacun à leur terrain d’investigation, mais viennent se confronter à ceux des autres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *